Session : EUROPAN 10

Année de lancement : 2009

Site : Alès

Pays : France

Thème : Revitalisation : PĂ´le magnĂ©tique

Nombre de participants : 77

Niveau de documentation : 75%

 

Projets

Généralités

Calendrier
 
Description
Le dĂ©veloppement pĂ©riurbain et la prĂ©sence de zones inondables limitant considĂ©rablement les possibilitĂ©s d’extension urbaine de la ville, la libĂ©ration des plateformes ferroviaires au coeur d’Alès devrait engager le nĂ©cessaire rĂ©Ă©quilibrage mĂ©tropolitain. Il s’inscrit dans la mise en rĂ©seau rĂ©gional des villes de l’espace Alès-NĂ®mes-Montpellier-Sète par une stratĂ©gie de reconquĂŞte des quartiers centraux autour de pĂ´les d’échanges multimodaux reliĂ©s par l’étoile ferroviaire. Le projet constitue le pendant alĂ©sien du projet Hoche- Sernam Ă  NĂ®mes, initiant le rapprochement des deux villes. La ville d’Alès souhaite porter sa population de 42 000 Ă  55 000 habitants dans les annĂ©es Ă  venir tout en la rajeunissant au travers d’une offre de logement plus adaptĂ©e aux nouvelles envies d’habiter, alternative aux lotissements pavillonnaires. 
Programme
Le dĂ©veloppement pĂ©riurbain et la prĂ©sence de zones inondables limitant considĂ©rablement les possibilitĂ©s d’extension urbaine de la ville, la libĂ©ration des plateformes ferroviaires au coeur d’Alès devrait engager le nĂ©cessaire rĂ©Ă©quilibrage mĂ©tropolitain. Il s’inscrit dans la mise en rĂ©seau rĂ©gional des villes de l’espace Alès-NĂ®mes-Montpellier-Sète par une stratĂ©gie de reconquĂŞte des quartiers centraux autour de pĂ´les d’échanges multimodaux reliĂ©s par l’étoile ferroviaire. Le projet constitue le pendant alĂ©sien du projet Hoche- Sernam Ă  NĂ®mes, initiant le rapprochement des deux villes. La ville d’Alès souhaite porter sa population de 42 000 Ă  55 000 habitants dans les annĂ©es Ă  venir tout en la rajeunissant au travers d’une offre de logement plus adaptĂ©e aux nouvelles envies d’habiter, alternative aux lotissements pavillonnaires. 
Enjeux
Le site d’étude est constitué d’un chapelet de plateformes ferroviaires en pied de coteaux, entre des collines pavillonnaires au Nord et le centre-ville au Sud. A proximité immédiate de l’actuelle gare SNCF et du futur pôle multimodal, les parcelles libérées d’une partie des activités ferroviaires posent, au centre-ville, la question de la densité et de l’intensité urbaine. La construction de logements durables, participant aux volontés ambitieuses de développement d’Alès, est l’objectif premier de l’urbanisation de cette partie de la ville. a proximité du centre-ville offre au projet la chance et le devoir de construire un quartier dense et durable en articulant deux paysages urbains aux fonctions et aspects jusqu’alors opposés, le centre ville dense et les parcelles fonctionnelles des plateformes ferroviaires.
ou
’ensemble des emprises ferroviaires qui s’étire vers le Sud jusqu’au Gardon en Ă©pousant la courbe du relief, forme une vĂ©ritable coupure, limite le centre- ville et isole les quartiers plus au Nord. nouveau quartier du site d’étude s’appuiera sur un programme mixte : 400 logements, le pĂ´le d’échange multimodal (PEM), la maison du dĂ©veloppement durable (MDD), un nouveau gymnase et un hĂ´tel. La continuitĂ© des plateformes devra ĂŞtre aussi l’occasion d’une coulĂ©e verte, au coeur du quartier et reliĂ©e avec le rĂ©seau rĂ©gional de pistes cyclables. Dans une ville en dĂ©veloppement qui souhaite conserver de larges espaces verts, qui envisage l’amĂ©nagement de nouveaux lieux publics, quelle cohabitation peut-on envisager entre la nĂ©cessitĂ© de densitĂ© et l’envie de nature ? En s’appuyant sur le pĂ´le multimodal et sur la volontĂ© de dĂ©velopper des modes de dĂ©placements doux, quelle peut ĂŞtre la nouvelle relation entre la ville et les rails permettant de construire un nouveau quartier de part et d’autre de la voie ferrĂ©e ? 
Thématique
La ville d’Alès, qui s’appuie sur l’agenda 21 de la communautĂ© d’agglomĂ©ration, souhaite construire un quartier Ă©cologiquement exemplaire. Explorant tous les champs du dĂ©veloppement durable, "l’éco quartier gare" pourra compter, pour sa construction et son fonctionnement, sur les filières locales, par exemple la filière bois du massif des CĂ©vennes, les carrières de pierre de la rĂ©gion (Pont du Gard), les pĂ´les d’excellence d’éco construction et d’éco industries, l’Écoles des Mines... La ville souhaite intĂ©grer au projet une Maison du dĂ©veloppement durable qui sera un espace d’information, d’échanges et de mutualisation des connaissances dans ce domaine. Comment faire de ce programme emblĂ©matique le centre symbolique du nouveau quartier Ă©cologique ? 
Zone d'étude
18 ha
Zone opérationnelle
10 ha

Comité de pilotage

Chef de projet
 
Membres
  • Isabel Girault-Jammers

Rapport du jury

 

Revue de presse

 

Liste des documents (téléchargement)